L'Au-delà du monde



L'au-delà du monde Brigitte Maillard

Brigitte Maillard L’au-delà du monde Librairie Galerie Racine 2017 50 pages, 15 €
(Commande en librairie, auprès de l’éditeur ou de l’auteur)


Ce recueil vient de recevoir le Prix de poésie 2017 Les Gourmets de Lettres
sous l’égide de l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse
Ce livre a fait l'objet de l'émission les Poètes (Christian Saint-Paul) 
du jeudi 27 juillet 2017
Sur Radio Occitania
toujours accessible à la rubrique "Pour écouter les émissions":

Jean-Michel Tartayre, membre du jury résume ainsi le livre :

La poésie de Brigitte Maillard présente une structure libre, 
fondée à la fois sur la diversité des rythmes et une écriture 
alternant entre vers et prose.

 L’ensemble installe le lecteur dans une longue phase de
 suspension qui touche à l’au-delà du monde éponyme. 
Cet au-delà est celui de l’âme du poète et fait écho à l’âme du lecteur.
Il peut aussi se concevoir et être comparé aux 
Correspondances de Charles Baudelaire
 (exemple : 
« Je te donne l’effroi devant la vitre / la terre gelée / les membres au soleil »)

Brigitte Maillard compose des textes en leur infusant une pensée spinoziste,
où tout est reflet de l’Amour et de l’Innocence de la Nature.
On note une grande fluidité dans l’écriture qui renvoie directement à cette philosophie :
 « Une frontière, celle du visible-invisible, que le poète découvre […] 
Cet espace subtil se dévoile, fluide. » ; 
« Il y a un autre monde mais il est dans celui-ci » chante le poète Éluard.

Somme toute, Brigitte Maillard relie la poésie à l’essence de l’être
et en dresse ici un éloge unique reflétant le style unique de l’auteur :

 «  J’ai cherché des langages pour entendre le monde, m’entretenir avec lui. »



Notes de Lecture

Brigitte Maillard, avec ce livre de poèmes, s'engage plus avant dans son parcours initiatique qui l'approche plus près encore de la Connaissance, par la poésie.
Son rituel et sa dramaturgie personnelle, se lisaient dans ses recueils précédents :
"Soleil, vivant soleil", "La simple évidence de la beauté", "A l'éveil du jour" et "Couleur poème".Cet "au-delà du monde" qu'elle est parvenue à rejoindre, n'est pas celui d'une vie assurée après la mort. Cet au-delà est celui de Saint-Exupéry qui voyait non avec les yeux mais avec le coeur, celui d'Eluard qui le situait dans ce monde-ci.
Un monde ici et maintenant à la portée de tous ceux qui se laissent gagner par la sensation de fraîcheur d'une vie autonome, "interne" aurait dit Cadou. Ce lieu en soi, où "il n'y a pas" précise Brigitte Maillard. La vacuité dans laquelle on vit. Car ce sont les mots qui tiennent le monde.
Une grande poésie de célébration et d'une impressionnante spiritualité sans dogme.

Christian Saint-Paul


« Connais-tu le chant des vignes ?

Comme un aveugle sur la rive
au détour d’un chemin d’illusions

Laisse monter ce chant de mémoire

Du sillon de printemps
de la volupté des heures
du graphisme des pages »


Un titre en deux morceaux ... qui n'en font qu'un, une parole délivrance.
L'ouvrage que j'ai entre les mains ne pèse pas bien lourd, il a l'étoffe d'une feuille de l'arbre de Vie soudain à mes pieds d'où s'élance le vent qui vient de la poser : c'est un Souffle en l'incommensurable.

Celle qui le porte a voilé le regard et du grand vide à la place des yeux ce qui Regarde entre et sort sans bruit, c'est une souvenance où se délivre le message :
" Chacune de nos rencontres est aussi un à Dieu ".

Le mouvement pour l'ouvrir est le même que celui pour le fermer, c'est celui qui déroule le long ruban de Soi entre pleins et déliés.

Lorsqu'une plume pousse en nous par tous les bouts en la vivante audace. Celle dont les forêts, qui brûlent en ce moment autour de moi, chantent la vivante clarté.
« Faut il que le monde s'efface pour que la vie apparaisse enfin ? »
Au seuil de la question, l'âme hésite un instant puis comme l'oiseau libre de cage, lance le Chant qui n'a pas d'âge.

Lise G., poète


 L'Au delà du monde poésie Brigitte Maillard

Commentaires