tu verras

Mosquée de Samarcande - Ouzbékistan




Tu verras

Tu verras tu n'iras pas à Rio mais vers le Monde
tu verras comme il s'ouvre
et la terre comme elle tourne
tu verras l'amour qui passe et sa galère
le chant des mots et des sirènes
la tour membrée au point d'attache
la valse vienne pour te le dire
tu verras dans l'entre-deux de tes passions
courir le coq dans la basse-cour
tu verras
le chant des âmes au bord des dieux
plonger la mer dans les détails
porter secours au bras qui pousse
à la douleur du tyran
tu verras vivre la folie au bout du sein
et tu verras la tête qui se décolle
dans l'atmosphère des senteurs
il y fait doux
tu verras le monde se prendre à son revers
danser le vide autour du rien
la mer courir après les flots
se défaire de l'abri et y poser sa main


extrait La simple évidence de la beauté Atlantica 2011

version audio - Piano Christophe Jacquemin

Commentaires

  1. Quelle magnifique "invitation au voyage" dont on suit avec émerveillement le parcours initiatique.Merci également pour l' illustration, cette rosace est une véritable porte du ciel!

    RépondreSupprimer
  2. Merci chère Orfeenix, je la partage avec vous qui m'avez fait la joie d'en rédiger la préface!

    RépondreSupprimer
  3. Sublime danse cosmique tournoyant d'Eveil, d'amour et de pardon.La lecture , comme la rosace sont d'une si éloquente pureté cristalline disant, l'être et l'âme sans fioritures!
    Je me suis laissé emporter, chère Brigitte, par ton envoûtant rythme. Merci pour l'intelligent bonheur que tu nous offres!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est beau! Mais c'est moi qui me dit en ce moment cher Mokhtar que je suis bien entourée! Le coeur se réchauffe, si heureux d'être ainsi entendu!
      Vos regards croisés au fil des mois, donnent des couleurs à ce travail qui avance pas à pas. Et se reconnait au fil du temps.
      Merci.

      Supprimer
  4. Chère Brigitte, tu récoltes ce que tu sèmes: l'Amour!

    RépondreSupprimer
  5. Le sablier de tes mots peu à peu s'écoule.La rose tourne et le mandala nous découvre.

    RépondreSupprimer
  6. Il est vraiment beau ton poème, "tu verras", je croirais fredonner Nougarou! Je lisais ton poème, Brigitte, à haute voix tout en fredonnant justement la musique de Nougarou, il est d'une telle ivresse! Les mots n'ont un sens que quand ils sont tissés par le poète!

    RépondreSupprimer
  7. Bizak l'écriture prend l'air entre chansons et poésie!
    merci de ta présence. J'aime Nougaro. Il est pour moi celui qui a conduit le plus loin musique poésie et interprétation.

    RépondreSupprimer
  8. Je connaissais ce texte. Tu as eu raison de le proposer à la lecture publique... J'aime cette ligne " le chant des âmes au bord des dieux ". J'aime cette image de notre destin, à la fois asymptote et limes... Quant aux dieux, il me plaît de souhaiter leur clémence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Heffe de ta présence ici. je relis cette ligne avec toi...

      Oui la clémence des dieux... je vais de ce pas demander à ton personnage que j'aime, Madame Georges ( sur le blog de Heffe http://michelheffe.blogspot.fr/) ce qu'elle pense de cette vertu:)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire