au coeur de vivre





Je glisse dans la nuit prêt à risquer son aventure.
Je me déverse dans le souvenir là où rien ne m’attend plus pour remonter l’origine. 
Orpailleur je deviens. Munie de mon stylet, j’arpente les falaises cherchant la moindre trace, guettant l’aile de l’oiseau. La musique est dans le ciel, ce havre de paix au cœur des villages. Danse mon aimé sur la rivière et dans les ports, c’est là que l’oiseau chante.
Je me réveille à ton sommeil.

  


extrait - La simple évidence de la beauté, Editions Atlantica juin 2011




Entre ce que je suis et ce que tu es j'ai appris le goût des pommes sur mes lèvres,
la traversée des déserts. Je t'ai vu dresser la table sous le soleil.
Au coeur de vivre, j'ai appris tout et son contraire.

Tu vois le soleil là-bas, il se lève et toi tu te couches sur la rosée aux intimes.
Je respire l'odeur de tes mains. Ton ombre me caresse.
Je t'aime entre nous. Ici la vie se met à chanter. 




extrait - Soleil, vivant soleil, préface Michel Cazenave Librairie Galerie Racine janvier 2014
 



Brigitte Maillard

Commentaires

  1. Chère Brigitte,comme j'aime votre écriture si pure et si riche,elle me parle de sentiments nobles et met en paroles l'idée de l'amour,le seul remède,comme vous semblez éloignée des turpitudes et de la médiocrité. Je vous admire bien sincerement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Orfeenix, comment vous répondre, c'est si émouvant votre partage. Cette "mise en paroles de l'idée de l'amour"
      que vous évoquez, me parle bien. & C'est dire à quel point la langue creuse le chemin pour nous. La poésie est, de mon expérience, toujours un peu en avance sur ce que nous sommes. Cela pour dire que "les turpitudes" je les vis toujours :) avec plus de calme, peut-être:)

      Supprimer
  2. De jolis extraits de ces poèmes vraiment magnifiques et pleins de tendresse et d'amour!
    La vie et la nature tout autour de toi et tu soupires avec toute cette beauté vraie, réelle!
    Tes mots sont doux, parfois mélancoliques, on sent le parfum d'une vie pleine et tu la décris merveilleusement et tout en couleur, très chère Brigitte. Tu n'es pas volubile comme Mokhtar mais ta poésie est voluptueuse, discrète et profonde! Chaque rose que tu approches, tu comptes ses épines et retires toujours un beau bouquet à la fin venant de plusieurs rosiers!
    Je te réitère mes voeux de bonheur pour cette année 2013, pleine d'allégresse, de tendresse et surtout d'Amour, Brigitte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Bizak, merci pour ce très joli bouquet de fleurs et toutes ses pensées joyeuses!

      Tu évoques la richesse de la poésie de Mokhtar
      ( te connaissant je sais que "volubile" a pour toi le sens d'abondant, fécond et non bavard )

      il y a une telle diversité dans la poésie, juste celle de la vie

      Belle année à toi Bizakh!

      Supprimer
    2. Très juste Brigitte, "volubile",que j'ai employé va dans le sens quantité importante et abondante de poèmes, du fait que Mokhtar, ayant dans son recueil "Les arpèges sur les ailes de mes ans",beaucoup de poèmes, ils se bousculent pour sortir. Lol!
      Sinon, je ne compare par les poètes, car ça ne peut pas se comparer. Les sensibilités peuvent être différentes, les âmes aussi!Je vous aime chacun à ma façon,et vive la diversité.

      Supprimer
  3. @Brigitte
    J'aime ton style si suggestif et bien condensé. Il me laisse imaginatif et rêveur devant d'aussi forts tableaux traduisant une justesse de ton et un dense vécu fort bien rendu.
    @Bizak
    Pourquoi cette soif de comparaison? Chaque écriture a ses spécificités, son style intrinsèque, ses soubassements vécus et socio-affectifs et son maillage contextualisé. J'ai des poèmes qui ne dépassent pas deux vers et d'autres qui remplissent plusieurs pages. Il n'y a pas de doxa, de loi à cela! Quand j'écris, je ne me dis pas que je vais être "volubile" ou pas! Chaque poème a sa temporalité et son souffle spécifiques. Je crois qu'il faudrait éviter toute systématisation - généralisation. En tout cas, merci d'avoir pensé uniquement à moi pour la comparaison alors qu'il y a des milliers de poètes sur terre. Merci, l'ami.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Mokhtar, merci d'être venu me dire si justement ce que t'évoque cette poésie, de coeur à coeur. Travaillant beaucoup dans la solitude, nos regards qui se croisent, font aussi partie de la vie de l'écriture.
      Très belle journée à toi!

      Supprimer
    2. @Mokhtar: Je pense qu'il y'a vraiment un malentendu, j'ai la soif de dire mais pas la soif de comparer! je ne me le permettrais pas; Vous êtes toi et Brigitte des poètes que j'admire, l'un et l'autre et non l'un ou l'autre! Les mots parfois Mokhtar peuvent nous tromper, mais on ne trompe pas l'âme d'un poète! D'ailleurs un poète ne lit pas avec ses yeux mais certainement avec son coeur!
      Et le développement dans ton commentaire qui m'a été adressé, je le fais mien.
      Allez maintenant...place à la poésie!
      Merci ami Mokhtar.

      Supprimer
  4. Un havre de paix et de tendre poésie dans un monde basculant dans la folie sanguinaire cela fait du bien par où qu'ça passe, oh oui...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Jeanmi et soyez avant tout le bienvenu ici

      Supprimer

Enregistrer un commentaire