à toi à moi à nous ( version audio)


À toi la valse des temps
le chant des sirènes
l'amour en partance
à moi le chant des déserts
la soupe sur la table 
l'enfant qui se gronde
à toi la couleur du ciel 
la pensée qui se tarit 
le désir en souffrance
à moi l'odeur du cyprès
la dégringolade dans la cour
le moi qui se meurt 
à nous les épousailles les funérailles les batailles 
à toi le prince des nuées
la colère sous le sable
le monde qui se lève
à moi le petit pois sous l'oreiller 
le sang d'aimer et la douleur 
à toi qui monte sur la gouttière 
et me délaisse sous la pluie 
à moi le prince de la nuit caché dans le décor
à nous
à nous de nous deviner
à nous comme une caresse 
à nous le désordre de la nuit
à toi à la vie au soleil aux erreurs 





Musique & piano Christophe Jacquemin

Brigitte Maillard - Tous droits réservés Sacem

Commentaires

  1. Il est bon que vous soyez réunis dans le partage, sinon je te trouve un peu lésée!
    Brigitte, comment fais tu pour faire passer autant d' émotions si sobrement? Tu me bouleverses!

    RépondreSupprimer
  2. Orfeenix j'ai de la chance de vous connaître,

    je crois que je ne cherche jamais rien et encore moins l'émotion, vient ce qui est là, fortement relié à ce que je suis

    RépondreSupprimer
  3. Quant à moi, je suis immensément heureux d'avoir la chance de pouvoir lire une véritable poète, et j’espère parvenir en écriture à cette sobriété si forte et transcendante.
    Pour l'anecdote, dans la mythologie, Brigitte est Fille du Jour, et...poète !!!

    RépondreSupprimer
  4. C'est beau comme toujours et moins hermétique que parfois.

    Mais je ne crois pas aux erreurs, juste aux expériences.

    C'est quoi cette histoire de petit pois sous l'oreiller ? :-))) Un rituel que je ne connaîtrais pas ?

    Les ai toujours mangés tous crus avant qu'ils aient le temps d'être cuits les petit pois moa.

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir Jmemêledetout( "le rituel" me fait rire), tu connais ""la princesse au petit pois "d'Andersen, ça doit être par là la résonance:)

    c'était peut-être l'expérience de l'erreur
    car je suis en accord avec toi

    RépondreSupprimer
  6. Nemo bienvenu et merci pour ces mots qui me touchent

    La Fille du jour, c'est la mythologie de quelle origine Nemo?

    RépondreSupprimer
  7. Très beau poème d'amour !!! Et quelle chute ! Se donner le droit aux erreurs ... et les partager.

    RépondreSupprimer
  8. merci Heffe! je suis très émue.

    Je viens d'enregistrer ce poème
    avec Christophe Jacquemin au piano

    beau week-end à tous

    RépondreSupprimer
  9. Ah bah, non, je ne connaissais pas la Princesse au petit pois d'Anderson, je suis une inculte ;)

    Et en plus je déteste lire, comme chacun de mes amis auteurs le savent LOL

    RépondreSupprimer
  10. Jmemêledetout et voilà l'histoire de 1835..".Il était une fois un prince qui voulait épouser une princesse, mais une vraie princesse. Il fit le tour de la terre pour en trouver une mais il y avait toujours quelque chose qui clochait ; des princesses, il n'en manquait pas, mais étaient-elles de vraies princesses ? C'était difficile à apprécier, toujours une chose ou l'autre ne lui semblait pas parfaite. Il rentra chez lui tout triste, il aurait tant voulu avoir une véritable princesse.
    Un soir, par un temps affreux, éclairs et tonnerre, cascade de pluie que c'en était effrayant, on frappa à la porte de la ville et le vieux roi lui-même alla ouvrir.

    C'était une princesse qui était là dehors. Mais grands dieux ! de quoi avait-elle l'air dans cette pluie, par ce temps ! L'eau coulait de ses cheveux et de ses vêtements, entrait par la pointe de ses chaussures et ressortait par le talon ... et elle prétendait être une véritable princesse !

    - Nous allons bien voir ça, pensait la vieille reine, mais elle ne dit rien. elle alla dans la chambre à coucher, retira la literie et mit un petit pois au fond du lit ; elle prit ensuite vingt matelas qu'elle empila sur le petit pois et, par-dessus, elle mit encore vingt édredons en plumes d'eider. C'est là-dessus que la princesse devrait coucher cette nuit-là.

    Au matin, on lui demanda comment elle avait dormi.

    - Affreusement mal, répondit-elle, je 'n'ai presque pas fermé l'oeil de la nuit. Dieu sait ce qu'il y avait dans ce lit. J'étais couchée sur quelque chose de si dur que j'en ai des bleus et des noirs sur tout le corps ! C'est terrible !

    Alors, ils reconnurent que c'était une vraie princesse puisque, à travers les vingt matelas et les vingt édredons en plume d'eider, elle avait senti le petit pois. Une peau aussi sensible ne pouvait être que celle d'une authentique princesse.

    Le prince la prit donc pour femme, sûr maintenant d'avoir une vraie princesse et le petit pois fut exposé dans le cabinet des trésors d'art, où on peut encore le voir si personne ne l'a emporté.

    Et ceci est une vraie histoire." Andersen

    RépondreSupprimer
  11. Quelle jolie histoire de petit pois ;) Merci.

    RépondreSupprimer
  12. Coucou je vous retrouve ici Brigitte avec un grand plaisir et la joie de me rappeler la fameuse "Princesse au petit pois"
    Beau texte avec votre voix pleine de retenue et d'émotions toutes simples
    Pensées vers vous
    Arlette

    RépondreSupprimer
  13. Ecouter , respirer cette poésie qui vient du coeur , s'envoler dans cette musique et donner un sens à ce que l'on vit ... Un texte à méditer ... :)
    Ce n'est que du bonheur ...
    Merci Brigitte ...

    RépondreSupprimer
  14. Arlettart, Marie grand merci,
    on se suit et se découvre depuis plusieurs mois par la blogosphère et c'est pour moi un échange très, très précieux
    Oh les beaux jours!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire